jeudi 8 mars 2007

Quand j'ai découvert ma soeur

Cindrella et moi ne sommes soeurs que depuis peu.
Je ne saurai dire depuis quand, depuis l'été dernier, peut-être, ou depuis que j'ai découvert son blog... Parce qu'avant, et à cause des 9 ans d'écart, j'étais plus le policier, la copine de maman ou l'intruse.
Tout à commencer avec la Tunisia Games en mars 2006, je me suis intervenue pour que Cyrine devient Cindrella et s'amuse à arbitrer certaines compétitions de PES. Je la voyais évoluer dans cette ambiance, s'éclater, se faire des amis. Elle me suppliais à chaque fois, de rassurer maman et de lui demander de la laisser le plus longtemps possible.
Deuxième occasion pour découvrir ma soeurette et renforcer ces liens nouveaux, c'était le stage qu'elle a passé dans le cabinet où j'exerce ma profession d'avocate.
Je ne sais trop ce qui l'a motivé, mais, Cyrine a renoncé à la piscine, à ses cousines et à son rythme estival pour être assistante et archiviste.
Dieu sait ce qu'elle a été indomptable au début, et Dieu sait par quel miracle Badr a pu amadouer la jument pour en faire une fille bien posée et une employée dévouée, sure de ce qu'elle fait et fière de sa nouvelle expérience.
De passage devant son écran ;o) je souriais en la voyant se présenter sur msn comme suit: "Cindrella, 17ans, élève, je rêve de devenir artiste designer, et en ce moment, je passe mon premier stage d'assistante et archiviste dans une société de consulting juridique."
Elle arrivait à disserter sur l'importance de l'experience professionnelle dans la construction de la personnalité.
Et dès le début du stage, elle a cru rencontré l'amour en la personne d'un garçon qui nous a confié une affaire et qui était par la même un ami de mon ancienne collègue.
Comme j'appréciais le garçon, j'ai jugé bon de la laisser vivre l'expérience et sa désillusion sans trop m'immiscer.
Je m'amusais à la voir évoluer comme ça d'un coup, prendre de l'élan. Son épanouissement m'épanouissait.
Troisième moment fort, c'est la découverte de son blog. Elle a commencé a bloggué avant moi, et la souffrance dont elle parlait lors de ses premiers posts me révoltait contre elle, mais, je devais me taire pour ne pas perdre la confiance qu'elle commençait à peine à m'accorder.
Je me demandais comment peut-on souffrir autant en vivant dans un cocon, un vrai havre de paix, des parents presque parfaits, des facilités de vie, des amis de longue date, des petites histoires de coeur.
Ce n'est pas une rébellion, dans notre petite tribu, les prises de position sont tjs les bienvenues. Et on s'exprime aisément, avec l'un comme avec l'autre de nos parents, ouverts d'esprit, mais, très à cheval sur certaines valeurs, dont la famille, les études, le travail...
Je me demandais que pouvait vouloir une jeune fille qui a un équilibre familial, des études qu'elle a choisi, un rêve à poursuivre, des potes de longue date, un petit ami sympa...
Sa décision de quitter tout cela, pour aller vivre chez Grand-mère, avec juste un décor basique, qu'elle s'amuse à appeler "foyer", ou "exile", ou son unique distraction est une radio, sinon, son téléphone pour la lier à son chéri, dont je n'oublierai pas de parler ;o)
A lire son post relatif aux bus, je découvre comme elle a soif de voler de ses propres ailes, comme elle a besoin de faire ses preuves, et comme elle nous incite à croire en elle.
Elle vit le drame d'être la plus jeune, nos parents étaient très exigeants avec moi et Aymen, ils nous ont orientés vers les études qui leur ont parus plus prometteurs. D'ailleurs, ils ont refusé que j'étudie l'histoire de l'art en France parce qu'ils sont assez conscients de l'essor du marché de travail en Tunisie. Mais, voilà que huit à neuf ans après, ils sont OK que Cyrine fasse des études plutôt artistiques. Les esprits évoluent.
Au lieu de s'enchanter, Cyrine se dérange de les savoir plus confiants, moins stressants, moins présents à son goût. Il est vrai que l'expérience qu'ils ont vécu avec moi les a calmé. La première de classe est tombée du piédestal tant qu'elle a rencontré les mêmes difficultés qu'une autre, et elle (enfin, je) leur reproche souvent qu'elle a oublié de vivre et elle regrette souvent son quotidien d'avocate confrontée à beaucoup de misère et d'injustice.
Quatrième moment fort avec ma "nouvelle" soeur, c'est quand elle a rencontré l'amour de sa vie. Il se trouve que j'apprécie spécialement ce garçon, que j'ai convaincu maman qu'elle n'est pas trop jeune pour vivre ce qu'elle a vivre et que nous devons laisser le destin et les deux amoureux tracer leur histoire, surtout qu'il a fait les mêmes études que mon anonyme chéri ou mon chéri anonyme et que ça leur offre déjà l'AISSEC comme sujet de longues discussions.
Avant, j'ai toujours pensé que chacun de nous à la maison est enfant unique, tellement l'écart d'âge nous séparait. Aujourd'hui, je me réjouie des moments que je passe intiment avec ma soeur devant nos PCs, connectées en réseau et souvent partageant le même lit, le même écran, et pleins de petites histoires croustillantes.
Bcp d'Bonheur Coccinelle et fais tes preuves...

6 commentaires:

TUNISIENDOCTOR a dit…

j ai très apprécié ce post plein d amour dédié d'une soeur majorette à sa soeur cadette. c'est un post émouvant qui m a touché profondement parceque j ai deux freres et chacun de nous a fait son chemin à lui sans se croiser malgrés qu il y a bcp d amour entre nous mais sans complicité; vraiment bravo Joy et Cyrine rabbi ikhallikom leb3adhkom

Minouche a dit…

Comme je te comprends!!! Sauf que ma petite soeur et moi on a toujours été assez proches malgré les 5 années qui nous séparent. Mais depuis qu'elle a franchi le cap du lycée et depuis qu'elle a un chéri, on s'est encore + rapprochées! J'adore ma petite soeur (d'ailleurs je lui ai dédié un post y a quelques jours!) et j'ai toujours peur pour qu'il lui arrive quoi que ce soit, donc je suis aux petits soins avec elle!
Rabbi yfadhlelna nos petites soeurs et tous nos proches :)

Joy... a dit…

@ Tunisiandoctor: Merci, le fait qu'entre tes filles l'écart d'age n'est pas grand inchallah les rapprochera toute la vie... parce que quand deux soeurs ont 18 et 9ans respectivement, ce n'est pas toujours évident. Mnt avec 26 et 18, nous arrivons à composer.
@ minoucha: Merci aussi, les bons esprits se rencontrent, j'irai faire un tour dans ton univers :o)

$@M a dit…

La vie nous caches toujours des surprises, dieux vous protège.

Joy... a dit…

@ §@m: Oui, une suprise, T pas monodéiste! Oh! t'as plusieurs dieux, ou koi?! y'en a qu'un Seul,pour tous et depuis l'air des temps!

diiiirty a dit…

émouvant et trés touchant joy!!
Rabi y5alikom lib3adhkom!!
bisous
"roussa"